dimanche 4 décembre 2011

tautogramme en A

Alario, alcoolique, abandonne aujourd’hui Astrid, alors affairée à arranger atroces azalées amarantes. Alario arrive à Abidjan, amadoue ânes, attrape antilopes, abat autruches. Astrid attristant agneau, abjure amour. Anerie !  
Posté par Monsieur N à 20:46:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 22 octobre 2011

un autre tautogramme

Rappel : un tautogramme est un texte constitué de mots qui commencent tous par la même lettre. Quoi de plus beau que la lettre N ? Rien, bien sûr. Pas même le M. Voici donc un tautogramme en N. (voir celui en S)   Négociant nos néants, neiges narrent nos naufrages, nos nausées narguent nos nourrissons, nous nuient. Navrant.    
Posté par Monsieur N à 14:21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 11 novembre 2010

un tautogramme

...dont la règle de fabrication saute aux yeux : sirotant sa sève, semblant souffrir, sans secours sinon soleil, si sombre si silencieux   sage saule   se sait seul, sauvegarde ses secrets sans savoir si son suc, sa sueur seront siphonnés sans satisfaction, servant seulement ses sœurs : subtiles sylphides sautillantes
Posté par Monsieur N à 16:34:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 20 janvier 2010

J'adore ma pilule, au soleil, surtout.Ma pilule m'adore aussi, probablement.Alors nous sommes heureux.
Posté par Monsieur N à 15:09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 13 janvier 2010

je pensetu pensesil pensenous pensons nos plaiesje plaistu plaisil plaitnous plaisonss'il vous plaisezils plaisir d'offrirdes nemsdes baignezils baignentdans l'huile
Posté par Monsieur N à 18:23:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 18 décembre 2009

Les frères Jacques Préverlaine

Les influences/plagiats sont dans le titre.pourquoi la rivièredéborde-t-ellede bons sentimentsquand Margotse trempe le borddes sentimentsdans la rivièreles bords de Margotdébordentde joiedébordé le litde la rivièredes sentimentspourquoi la rivièretrempe-t-elle le litde Margotde sentimentstrempée jusqu'au coula rivière prend alors aux sentimentsMargotqui débordées'écrie soudain tu mens
Posté par Monsieur N à 22:08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 septembre 2009

Où ça ?

DANS LA SACOCHEstranger in the nightstress chez la tarentulele phacochère stranguleil a la chair angersortie du rang la tarentulepas à l'heure sa pendulele phacochère l'acculepauvre agneauloupe pas le cochemon cochonet maintenantpar quel angle peuchère ?et maintenantfaire bonne chèreavec ce bidule ?de la gluede la glue ?de la glue !Fin du jeu... Ce petit texte a pour départ la phrase "le phacochère strangule" que l'on peut entendre sur le disque Heavy du groupe palois KOURGANE.
Posté par Monsieur N à 21:28:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 28 mars 2009

je rêve de tout

Un petit texte sans prétention, que j'ai produit pour m'amuser... je rêve de toutje rêve de sousje rêve de toi je rêve de moisurtoutje rêve dans toije rêve saoulje rêve ivre je rêve soustoije rêve des litsje rêve de livresje rêve délits je rêve desratsje rêve qu'en-dira-t-onque dix rats tuenttrente-trois ratonslaveurje rêve saleje rêve de bout je rêve en trainje rêve sans thésur l'oreillerje rêve sans toitje rêve cent fois ni loije rêve sans fin je rêve enFIN
Posté par Monsieur N à 02:05:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 26 juillet 2008

Le faux croyant

Coucou. Voici un pseudo-sonnet pastichant plus ou moins les poètes du dix-neuvième. Ton emphatique, désespoir affiché, grandiloquence, etc.Pour rappel, le pastiche est une sorte de plagiat délibéré et avoué. LE FAUX CROYANT   Une après-midi bavarde comme l’Enfer, je regardais avec jalousie se désagréger un Oxylbodine rond et amer, rongé par je ne sais quelle force impie.   Comme j’aurais voulu que cela soit moi ! Plongé dans l’eau rédemptrice, dissout dans ce monde où tout crisse, ... [Lire la suite]
Posté par Monsieur N à 16:48:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 2 juin 2008

Comme l'odeur

Comme l’odeur d’un vieux livre,comme une jeune fille dans mon rétroviseur,insaisissable. Un monde meilleur, un autre,plus beau.Derrière. Au moment de l’étreindrechaque fois il se défilait,le serpent.  Mon monde meilleur, mon autre,plus beau,derrière. Et pourtant aujourd’huiderrière tes lunettesj’ai vu.  Ce monde meilleur, cet autre,plus beau. Derrière.
Posté par Monsieur N à 21:26:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]